ORDRE DE MALTE LIBAN
Présentation

L'Ordre de Malte est un Ordre religieux depuis 1113, l'année à laquelle il a été reconnu par le Pape Paschal II. En tant qu'Ordre religieux, il est rattaché au Saint-Siège, mais demeure indépendant, comme un état souverain, et par conséquent, soumis au droit international.

 

Dans ce cadre-là, le caractère religieux de l'Ordre coexiste avec sa pleine souveraineté. Le Grand Maître est effectivement à la tête d'un Etat souverain et à la tête d'un Ordre religieux. Au vu de sa deuxième fonction, la Sainte Eglise Romaine lui accorde le rang de Cardinal.

 

L'Ordre de Malte est un Ordre religieux laïc selon le droit canonique, où certains de ses membres sont religieux, ayant prononcé les vœux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance – d'autres ayant uniquement fait promesse d'obéissance. Toutefois, la majorité des Chevaliers et Dames sont des membres laïcs. Le Grand Maître de l'Ordre est choisi parmi les Chevaliers ayant prononcé leurs vœux perpétuels. La Croix à huit pointes qui symbolise l'Ordre représente les huit Béatitudes et reflète sa spiritualité.


Selon la charte constitutionnelle, les membres de l'Ordre sont appelés à faire preuve d'une attitude chrétienne exemplaire dans leurs vies publique et privée, contribuant ainsi à préserver les traditions de l'Ordre. Le Pape désigne un Cardinal qui le représente au sein de l'Ordre, le Cardinalis Patronus, dont le devoir consiste à promouvoir les intérêts spirituels de l'Ordre et de ses membres et maintenir des relations avec le Saint-Siège.


Le Pape désigne également le Prélat de l'Ordre parmi les trois candidats proposés par le Grand Maître. Le Prélat est le supérieur ecclésiastique du clergé de l'Ordre.


L'Ordre demeure fidèle à ses principes de base: Protéger la Foi “Tuitio Fidei” et servir les personnes dans la souffrance “Obsequium Pauperum”. Ses membres partagent une même vocation et œuvrent ensemble en faveur de la solidarité, de la justice et de la paix, sur la base des enseignements de l'Evangile et en communion totale avec le Saint-Siège. Ils sont impliqués dans la charité active et dynamique, soutenue par la prière. On ne devient pas Chevalier ou Dame par un privilège de naissance ou par des mérites acquis, mais en répondant à l'appel d'être présent là où un besoin matériel ou moral se présente, là où la souffrance prévaut.

 

Tout au long de l'histoire, quand les Hospitaliers Chevaliers s'installaient, ils établissaient toujours, en premier, un Hôpital et un Hospice. Ensuite, si le besoin se présentait, ils construisaient également des fortifications défensives. 

 

Que signifie être un Hospitalier dans le Troisième Millénaire? Il s’agit de se consacrer à apaiser les souffrances et les soulager suivant les principes de la chrétienté.

 

Cliquez ici pour télécharger la dernière version de la newsletter mensuelle "Le Cœur Battant", publiée par Fra' Jean-Louis Mainguy.